A quelle fréquence doit-on effectuer des travaux de ramonage?

On imagine mal un hiver sans un feu de cheminée. En plus de nous préserver du froid, cet équipement occupe un rôle esthétique pour la maison. Toutefois, pour qu’elle fonctionne correctement, elle nécessite un entretien régulier. En effet, il faut procéder à son ramonage pour des raisons de sécurité. Ce procédé permet d’éviter les risques d’incendie et les risques que les habitants inhalent des gaz toxiques. Mais à quelle fréquence doit-on effectuer les travaux ? Nous répondons à cette problématique dans les paragraphes qui suivent.

Que disent les législations en vigueur sur les travaux de ramonage ?

La fréquence pour réaliser le ramonage des cheminées a été précisée par le Code des collectivités territoriales. L’article L2213-26 de cette loi dispose : « le maire prescrit que le ramonage […] des cheminées de maisons doit être effectué au moins une fois par an ».

En d’autres termes, il appartient au maire de chaque collectivité de déterminer la fréquence pour exécuter les travaux. En dépit de cela, il faudra les effectuer au moins une fois tous les ans. Aux termes des articles 31.1 et 31.6 du Règlement sanitaire départemental type (RSDT), c’est en effet le minimum syndical applicable en matière de combustibles gazeux, de conduits sociaux ou de conduits tubés desservant une chaudière à gaz.

Cette loi fait du ramonage une obligation légale. Elle s’impose aux propriétaires et aux locataires de maison disposant d’une cheminée. En ce qui concerne les cheminées desservant des appareils de chauffage à combustibles solides, leur ramonage se fait deux fois par an. La même règle s’applique pour les conduits desservant des installations de chauffage central. Dans tous les cas, une intervention devra avoir lieu durant les périodes de chauffe. Pour l’exécution des travaux, nous vous recommandons de faire appel à ce ramoneur professionnel en Seine et Marne sur ce site.

Quels sont les facteurs à considérer dans la détermination de la fréquence des travaux de ramonage ?

Certes, la loi exige de ramoner les cheminées une fois par an. Cependant, la fréquence des travaux varie en fonction de certains facteurs. Il s’agit notamment de :

La région d’implantation de l’immeuble

Dans la majorité des cas, ce sont les arrêtés municipaux et les règlements départementaux qui encadrent les travaux de ramonage. Ces derniers doivent être effectués une fois au moins tous les deux ans. De ce fait, il faut se renseigner auprès de la mairie, de la préfecture ou de la direction départementale des affaires sanitaires et sociales pour connaitre la fréquence pour ramoner une cheminée. Vous pouvez également vous adresser à un ramoneur votre localité.

Du contrat d’assurance

Une lecture attentive du contrat d’assurance s’impose avant de le signer. Assurez-vous que votre mutuelle vous couvre en cas de sinistre. De nombreuses compagnies d’assurances exigent en effet deux ramonages par an. Elles exigent également l’intervention d’un ramoneur agréé pour leur mise en œuvre. Cet artisan doit par ailleurs vous remettre un certificat de ramonage à l’issue des travaux. Ce document sera exigé par votre assureur en cas d’accident.

L’utilisation de votre cheminée

La quantité et le type de combustible utilisés chaque année déterminent également la fréquence du ramonage. Plus on a recours à la cheminée, plus il faudra la ramoner fréquemment. Selon les professionnels, un ramonage devra être effectué tous les cinq stères de bois brûlés.