Optimisation fiscale, 11 exemples concrets – Se libérer du poids de l’État

Il existe de nombreuses situations différentes, ainsi que des options, pour l’optimisation fiscale. Nous pensons souvent que l’optimisation fiscale n’a de sens que pour les personnes riches et les grandes entreprises, mais ce n’est tout simplement pas vrai ; pratiquement tout le monde peut le faire.

Dans l’article d’aujourd’hui, j’aimerais vous en laisser quelques-uns afin que vous puissiez mieux comprendre ce que la théorie du drapeau bien appliquée et la vie du touriste perpétuel peuvent faire pour vous.

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de personnes que nous avons conseillées et aidées à optimiser leurs impôts et leur situation. Bien entendu, nous avons simplifié les cas et, pour protéger la confidentialité de nos clients, nous avons changé leurs noms et les avons présentés de telle sorte que vous ne puissiez pas déduire à qui ils se réfèrent.

Tous les exemples sont réels, enfin, tous sauf un : voyons si vous pouvez trouver lequel c’est.

1. Dropshipping

Situation : Martina gagne sa vie en faisant du dropshipping, en vendant des bijoux faits à la main en Afrique sur Shopify. Elle vend dans le monde entier et a un nombre croissant de commandes, presque trop pour qu’elle puisse les traiter seule. Martina vit au Canada et ne veut pas déménager. Elle sait que les règles du CFC et le critère de résidence compliquent le processus de création d’une entreprise à l’étranger. Elle a également besoin d’un compte PayPal pour gérer son entreprise.

Solution : Martina fonde une société GBC1 à Maurice, qui paie une taxe de 3 % sur ses ventes à l’étranger. Grâce à l’accord de double imposition existant, à la crédibilité du choix de la juridiction du point de vue commercial et au fait qu’elle a engagé un employé local pour l’aider à traiter les nombreuses commandes, la société mauricienne est reconnue par les autorités. Depuis qu’elle a un employé dans le pays, elle n’a pas eu de problèmes pour ouvrir un compte bancaire local et le relier à PayPal. L’île Maurice a de bonnes banques commerciales avec des comptes faciles à ouvrir qui ont même rejoint le système IBAN.

2. Amazon FBA

Situation : Guillermo est lié à l’Espagne par sa maison et ses enfants mais il est déterminé à réduire légalement le montant de l’impôt qu’il paie sur les bénéfices avec son entreprise Amazon FBA. Il réalise un bénéfice de 500 000 euros avant impôt, dont la moitié, entre l’impôt sur les sociétés, l’impôt sur le revenu des personnes physiques et l’impôt sur les dividendes, reste sur la table, qu’il est prêt à investir massivement dans une solution qui lui permet d’économiser le plus possible d’impôts.

Solution : Guillermo a créé une société en Bulgarie qui impose les bénéfices à 10 %, mais il ne retire que l’argent indispensable et en laisse la plus grande partie dans l’entreprise, d’où il le réinvestit. Dans un avenir proche, lorsque ses enfants seront un peu plus âgés, il pourrait déménager à Chypre pour pouvoir recevoir tout l’argent accumulé dans son entreprise bulgare. En attendant, pour éviter les problèmes avec l’agence fiscale espagnole, et pour que l’entreprise soit reconnue en Bulgarie, il y ouvre un bureau et engage deux employés locaux qui paient leurs cotisations de sécurité sociale en Bulgarie. De cette manière, il ne paie pas seulement moins d’impôts, mais peut également étendre son activité à d’autres marchés.

3. Démarrer simplement et à bon marché avec une SARL dans le Wyoming

Situation : Mike aimerait vivre comme un nomade numérique ; il aime beaucoup voyager. Il ne gagne que 1 000 dollars par mois, mais ne veut pas pour autant se laisser prendre par le système fiscal australien, même s’il est peu taxé au début. Il ne veut pas non plus tenir un compte, facturer la TVA ou devoir payer un conseiller ou un comptable. Il doit cependant pouvoir émettre des factures que ses clients (qui sont des entreprises) peuvent reconnaître comme fiscalement déductibles.

Solution : Mike crée une LLC dans le Wyoming pour 150 dollars. Avec le LLC, il dispose d’une adresse de facturation à partir de laquelle il peut facturer ses clients. Les LLC sont transparentes sur le plan fiscal, de sorte que vous ne payez des impôts que si vous êtes tenu de vous rendre là où vous vivez. Comme Mike s’est fait radier et qu’il ne réside nulle part, puisqu’il est un voyageur perpétuel, il ne paie pas d’impôts. Malheureusement, il n’a pas pu obtenir de compte bancaire pour la SARL qu’il a enregistrée, alors il reçoit l’argent sur un compte PayPal privé lié à un compte qu’il avait déjà en tant que particulier. Cependant, lorsqu’il gagnera plus d’argent avec son entreprise, il enregistrera une LLC en Floride avec un compte bancaire, stripe et paypal.

4. Consultation

Situation : Manuel est un consultant vénézuélien qui réside fiscalement au Portugal depuis longtemps. Il travaille avec des clients du monde entier et ne cesse de voyager, il se débrouille très bien. Il refuse de verser plus de la moitié de l’argent qu’il gagne en impôts et cherche un autre pays où transférer sa résidence, mais où il n’a pas à passer beaucoup de temps. Bien sûr, il veut limiter sa responsabilité en cas de problème et, comme il ne travaille qu’avec des entreprises, il est essentiel que ses factures soient reconnues comme déductibles.

Solution : Manuel décide finalement d’installer son entreprise dans la zone franche des Émirats arabes unis. Cela lui permet d’avoir une entreprise à la fois reconnue dans le monde entier et exonérée d’impôts. La TVA introduite en 2018 ne s’applique qu’à l’un de ses clients à Bahreïn, l’un des six États du Golfe concernés. Depuis qu’il a établi son entreprise aux Émirats arabes unis. Manuel y obtient un visa de résidence, ce qui lui permet de bénéficier d’une

5. Retraité au Paraguay

Situation : María est une retraitée espagnole avec une petite pension, pas assez pour vivre comme elle le souhaite dans une des grandes villes espagnoles. Les 50 000 euros qu’elle a économisés au cours de sa vie ne cessent de diminuer en raison des faibles taux d’intérêt et de la hausse de l’inflation. María pense que l’évolution économique, sociale et politique de l’Espagne est terrible, et elle veut déménager dans un environnement différent, si possible dans un endroit où il fait bon et chaud toute l’année. Elle ne parle que l’espagnol.

Solution : María décide d’émigrer au Paraguay. Pour 2 000 euros et un dépôt bancaire de près de 4 000 euros, elle obtient un permis de séjour permanent à vie. Là-bas, elle peut profiter du climat chaud. María transfère les 50 000 euros de son compte bancaire espagnol et les dépose sur un compte bancaire de la coopérative locale. Cela permet non seulement de soutenir l’économie locale de sa petite ville dans la banlieue d’Asunción, mais aussi de recevoir un intérêt de 15 % par an. Les 7 500 euros qu’elle reçoit chaque année pour sa pension lui permettent de vivre confortablement au Paraguay, car le coût de la vie y est bien moindre.

6. Le commerce du Forex

Situation : David est originaire du Royaume-Uni. Il se consacre au commerce des devises et réside en Suisse. Il a également commencé à faire du trading en cryptocurrences. En principe, en Suisse, vous ne payez pas d’impôt sur les plus-values tant qu’elles ne sont pas considérées comme un revenu provenant d’une activité commerciale. Les traders professionnels doivent le payer et payer l’impôt sur les revenus des bénéfices. Comme, dans le cas de David, on peut facilement considérer qu’il est professionnellement engagé dans le commerce, il cherche une nouvelle résidence dans l’UE. Ce doit être un endroit avec un bon climat et une bonne qualité de vie, car il souhaite y rester à long terme.

Solution : David devient un non-résident à Chypre. Bien que les bénéfices du Forex soient taxés à Chypre à 12,5 %, il choisit de faire du commerce par l’intermédiaire d’une société offshore, sans taxe ni comptabilité, plutôt que de faire du commerce à titre privé. Il décide de créer la société offshore à Hong Kong, car il peut y faire du trading sur le Forex et en monnaie cryptée, sans que personne ne réglemente ses activités. N’étant pas domicilié à Chypre, David est exonéré de l’impôt sur les dividendes sans aucun type de retenue à la source. Créer et diriger des sociétés à l’étranger n’est pas un problème à Chypre, du moins si vous n’êtes pas une démocratie. La seule chose que David a dû faire pour obtenir la résidence chypriote a été de prouver qu’il avait 30 000 euros de liquidités, bien qu’il aurait également valu la peine de prouver qu’il avait 2 500 euros de revenus mensuels au cours des 3 à 6 derniers mois. Comme il va passer plus de 6 mois par an à Chypre, il n’a pas besoin de faire une demande de sécurité sociale. David a souscrit une assurance maladie privée pour environ 50 euros par mois.

7. Programme NHR au Portugal

Situation : Alex est un graphiste indépendant résidant en France. La plupart de ses clients résident en France, en Autriche et au Royaume-Uni. Ses bénéfices annuels de 50 000 euros représentent une dépense importante en matière de sécurité sociale et d’impôt sur le revenu. Alex a un faible pour le cannabis et n’hésite pas à déménager ailleurs, mais il faudrait que ce soit un pays où il n’a pas à s’inquiéter de son penchant pour le cannabis. Alex cherche un pays où rester et il ne veut pas voyager tout le temps. Ses clients sont de grandes entreprises et ils auraient besoin d’une facture pour pouvoir être reconnus comme déductibles des impôts sans problème, avec un numéro d’identification à la TVA.

Solution : Alex s’installe au Portugal, un pays où la consommation et la possession de drogue ont été dépénalisées. Il apprécie la qualité de vie dans un pays où il peut facilement émigrer en tant que citoyen de l’UE. En tant que graphiste, Alex relève des professions incluses dans le programme portugais NHR. Cela signifie qu’il pourra bénéficier d’une taxe fixe de 20 % sur les revenus provenant de la plupart des pays, au moins pendant les dix premières années où il résidera au Portugal. Les revenus provenant de certains pays sont totalement exonérés d’impôts, comme c’est le cas des revenus provenant du Royaume-Uni, par exemple.

8. La non-Dom en Italie pour les grandes fortunes

Situation : Christoph est une star du football allemand de renommée mondiale et est considéré comme l’un des meilleurs joueurs sur terre. Son salaire se chiffre en dizaines de millions, mais en réalité, il gagne beaucoup plus avec ses droits de propriété intellectuelle à l’étranger. Il a récemment été condamné pour évasion fiscale en Espagne pour avoir continué à appliquer la loi Beckham, aujourd’hui abolie, en vertu de laquelle les revenus étrangers étaient exonérés d’impôts sous certaines conditions. Comme les fans de son club actuel le hue toujours, il ne serait pas contre un changement de décor.

Solution : Christoph passe de son club espagnol à un club italien après avoir payé une somme record. Son salaire encore plus élevé est désormais imposé en Italie à un taux légèrement inférieur à celui de l’Espagne. Cependant, sa principale préoccupation est de tirer un revenu de sa propriété intellectuelle et de ne plus avoir de problèmes avec ses fans. En Italie, il existe depuis 2016 un régime de non-dom peu connu. Tout comme au Royaume-Uni, en Irlande ou à Malte, les non-doms ne paient pas d’impôts sur les revenus étrangers qui ne sont pas introduits dans le pays. Christoph paie la cotisation annuelle fixe de 100 000 euros pour pouvoir bénéficier de ce dispositif en Italie, une somme dérisoire par rapport à ce qu’il économise.

9. Enfin libre – les familles d’enfants scolarisés à domicile

Situation : La famille Rodríguez est la famille espagnole typique, enfin, tout sauf le fait qu’elle a décidé de ne pas envoyer ses enfants à l’école. Ils pensent que le système éducatif espagnol n’est pas bon, qu’il ne fait qu’essayer de laver le cerveau des enfants pour qu’ils pensent comme l’État le veut. Cependant, les lois sur l’enseignement obligatoire en Espagne leur interdisent de donner à leurs enfants l’éducation qu’ils veulent leur donner, et la nouvelle d’une famille proche qui n’envoie pas ses enfants à l’école et à qui les travailleurs sociaux rendent la vie impossible a donné le dernier coup de pouce dont ils avaient besoin pour décider de fuir l’Espagne. Ils ont décidé qu’ils veulent voir le monde, mais qu’ils ont aussi besoin d’une base, de préférence dans un endroit où il y a beaucoup de nature. La famille Rodríguez possède une entreprise en ligne et gagne de l’argent en vendant des biens numériques. Ils vendent leurs produits par l’intermédiaire du fournisseur allemand Digistore24.com.

Solution : Après avoir pesé les différentes options, la famille Rodriguez opte pour une résidence au Costa Rica, une destination très prisée des familles d’expatriés qui scolarisent leurs enfants à domicile. En plus d’avoir une nature incroyable, ils peuvent aussi obtenir des produits biologiques, et c’est un endroit sûr. Un autre avantage du Costa Rica par rapport aux autres options est l’exonération d’impôts sur les revenus étrangers, ce qui leur permet de répondre facilement aux exigences en matière d’immigration. Il leur suffit de passer trois mois par an sur une période de trois ans au Costa Rica et de déposer 30 000 dollars par an sur un compte bancaire local. Après ces 3 ans, la famille aura un permis de séjour permanent à vie et n’aura plus à remplir ces conditions. Quant à l’entreprise, ils créent une société offshore pour environ 1 600 dollars à San Vicente et ouvrent un compte bancaire d’entreprise au Costa Rica. Elles ont l’avantage que la plate-forme de vente Digistore gère la TVA partout où cela est nécessaire et peut transférer sans problème l’argent de ses clients pratiquement partout dans le monde.

10. Naviguer dans le monde.

Situation : Matthew est un Irlandais passionné de voile qui vit depuis longtemps en Italie. Il veut quitter l’Italie et voyager dans le monde entier pendant plusieurs années. Il a reçu un héritage, donc il a assez de capital pour acheter le bateau et vivre sans travailler, en négociant juste des contrats à terme, ce qu’il a fait avec beaucoup d’expérience. Il cherche un endroit où vivre en franchise d’impôt et où il pourra facilement immatriculer son yacht.

Solution : Matthew décide de s’installer au Panama, où il peut immatriculer son yacht à peu de frais. Les revenus étrangers sont exonérés d’impôts et si, comme dans son cas, vous n’avez pas besoin de certificat fiscal, vous ne devez entrer dans le pays qu’une fois tous les deux ans. Matthew n’a pas besoin d’avoir accès aux conventions de double imposition, car aucune retenue à la source n’est appliquée dans le cas des contrats à terme. L’immigration avec un visa des nations amies lui coûte environ 5 500 $, ainsi qu’une caution de 5 000 $. La société panaméenne incluse dans le prix et une partie des conditions d’immigration est parfaite pour garder le yacht. Il peut désormais entreprendre son voyage autour du monde en tant que résident permanent au Panama.

11. Hôtel en Allemagne – taxe de sortie

Situation : Kirsten possède un petit mais luxueux hôtel 5 étoiles dans la mer du Nord. Elle le gère par l’intermédiaire d’une GmbH allemande, bien que, sur recommandation de son conseiller fiscal, elle n’y participe pas directement, mais par l’intermédiaire d’une UG (un type de société à responsabilité limitée, mais moins cher et plus simple) dont elle est l’unique actionnaire. Kirsten ne veut plus vivre dans la région froide et humide de la mer du Nord et préfère s’installer dans les Caraïbes. Toutefois, ce qu’elle a entendu dire de la taxe de sortie allemande semble compliquer la situation.

La solution : Kirsten s’est habituée à l’idée qu’elle ne pourra pas émigrer aux Caraïbes pour le moment, du moins jusqu’à ce qu’elle ait dissous les sociétés allemandes. Cependant, la Méditerranée est également une bonne option pour elle et sa famille. Elle décide de déménager sa résidence à Chypre et d’y effectuer le séjour minimum de 2 mois, en passant le reste du temps dans les Caraïbes. Chypre est dans l’UE et elle évite ainsi d’activer la taxe de sortie. Kirsten paie une retenue à la source sur les dividendes provenant de l’hôtellerie en Allemagne, retenue qui est réduite à 15 % grâce aux conventions de double imposition. Chypre n’est pas obligée de payer l’impôt sur les dividendes étrangers.

Sans le savoir au moment de sa création, sa holding allemande (l’UG) sera très utile à Kirsten. Ensuite, elle crée une société chypriote en tant que nouvelle holding et vend la GmbH de son UG à la nouvelle holding chypriote. Au lieu de payer 27 %, elle ne paiera que moins de 1 % dans cette transaction, car pour les transactions au sein d’une même holding, vous ne payez que 5 % de l’impôt sur les sociétés et de l’impôt sur les activités économiques (Gewerbesteuer). La valeur marchande de son hôtel s’élève à quelque 5 millions d’euros, bien qu’elle n’ait pas pu disposer de plus de 50 000 euros en liquide, ce qui aurait pu la lier à l’Allemagne pour toujours. La société chypriote détient désormais 100 % de la GmbH, ce qui permet à Kirsten de bénéficier de la directive européenne “mère-fille”. Cela signifie qu’à l’avenir, les dividendes de la GmbH seront versés à la holding chypriote.