Le rapport entre le street art et l’art contemporain

Dans cette époque, on est confronté par de multiples formes d’art tout au long de notre quotidien. En raison de la vulgarisation de l’art, nous ne prêtons plus une once d’attention à ces formes d’art. En effet, personne ne prend le temps d’admirer ou encore de comprendre une œuvre. Aujourd’hui, vous pouvez découvrir à chaque coin de rue des œuvres des artistes, et notamment des artistes spécialisés dans le street art.

Entre art contemporain et street, quel est le vrai rapport entre ces deux formes d’art ? L’art contemporain urbain aurait-il encore une grande importance aux yeux du grand public ou encore des fanatiques de l’art ?

Focus sur le street Art

La définition courante admise à cet art est strictement visuel mis en avant dans les espaces publics ayant vu le jour dans les années 1960. D’ailleurs, ce terme fait souvent référence à l’art non conforme aux normes d’un gouvernement ou encore d’un art non autorisé. L’art de la rue concerne éventuellement les illustrations graffitis traditionnels, le sticker art, les graffitis au pochoir, des sculptures. Le domaine concerne également l’art de l’affiche sans oublier la guérilla art et les projections vidéo. Typiquement, cet art aussi traduit par postgraffiti est utilisé dans le but de distinguer l’art public contemporain du tag ou graffiti territorial, du vandalisme.

L’art qui vient de la rue

Vers la fin des années 50, une nouvelle réalité verra le jour. À cette époque, les artistes se saisissent alors de la rue afin d’en faire leur atelier en plein air. Ces artistes ont été réunis en raison de l’idée du « Recyclage poétique du réel urbain » mis en avant par Pierre Restany. Les artistes intègrent ainsi des objets de leur quotidien ainsi que des éléments de l’environnement industriels et urbains dans leurs œuvres d’art.

C’est le cas de Jacques de la Villeglé et de Raymond Hains voulant décoller ou encore lacérer les affiches recyclées dans la rue, et également le cas du fameux Arman avec ses ouvres exclusivement réalisées avec des déchets fondus dans du plexiglas. C’est seulement dans les années 1960 qu’on découvre une révolution à part entière, l’apparition de l’art urbain. Aux USA, les dégâts des guerres ou encore la démocratisation de la bombe aérosol dans New York et Philadelphia deviennent un vaste terrain de jeu pour les artistes comme Tracy 168. Ces derniers n’ont pas été connus que par leur pseudonyme, souvent présent dans la signature.

Dans ce cadre, la France est assez en retard étant donné que les œuvres des artistes de street art ne verront le jour que plusieurs années suite à l’apparition de la révolution en USA. D’ailleurs, les éléments de mai 1968 inspirent particulièrement les artistes, mettant en avant des messages politiques transgressifs ou provocateurs. Par contre, plusieurs œuvres d’art portaient des messages sociaux, ainsi que des messages culturels.

De la rue à la galerie d’art

Le street art, c’est l’art exprimé dans la rue, sur les façades, un peu partout dans les quartiers assez favorisés. En effet, personne ne pensait que ces œuvres bruts tout droits sortis de la rue intéresseraient les adeptes d’art. Le principal rapport entre l’art contemporain et l’art de la rue reste cette approche innovatrice de l’art, généralement de l’art moderne. Par contre, il faut préciser que l’art contemporain englobe toutes les œuvres d’art produites et exposées depuis la moitié de la Seconde Guerre.

À priori, dans une Amérique riche en mutation sociale et économique frappée par la guerre du Vietnam, la culture hip-hop voit le jour et connait un essor particulièrement important, notamment durant la république de Reagan. C’est après avoir été imprégné de cette culture hip-hop que la plupart des grands noms dans l’art de la rue fait passer leur message à travers des arts de rues, et en l’occurrence les graffitis l’une des streets art le plus répandu.

Simplement, l’art de la rue ne se limite au tag ou encore aux actes de vandalisme, à travers ces œuvres, les artistes veulent souvent exprimer l’oppression du système sur leur propre environnement. L’art de la rue, comme la plupart des arts contemporains, est porteur de message, mais surtout de message provenant de la rue, des quartiers considérés comme étant défavorisés.