Les prémices de la vie de bouddha

Au moment de la naissance du Bouddha historique Siddharta Gautama Shakyamuni, l’Inde était une civilisation avancée florissante.

Il y avait une grande ouverture spirituelle – comparable à la Renaissance et au réveil des années 1960. Les gens attendaient d’un enseignement qu’il soit holistique ; ils affirmaient qu’une vision du monde devait imprégner la vie jusque dans les moindres détails.

Les enseignements devaient avoir une base, des méthodes claires et un objectif réalisable.

Les affirmations ont été traitées avec beaucoup de soin : Car dès qu’une personne avait une opinion que l’autre pouvait réfuter, elle devenait son disciple – ce qui exigeait l’honnêteté spirituelle de l’époque.

Cet article a été rédigé avec la participation de notre partenaire passion-bouddha.com.

Si vous voulez en savoir plus sur cette divinité vous y trouverez tous ce que vous voulez. 

Bouddha est né vers 560 avant J.-C., fils d’une famille princière à la limite sud du Népal actuel, près de la ville de Kapilavastu. La famille appartenait aux Shakyas et aux Gautama, d’où son nom de Siddhartha Gautama Shakyamuni.

La naissance de bouddha !

Sa naissance, un jour de pleine lune en mai, a été accompagnée de signes particuliers, et ses parents ont reçu la prophétie suivante : “Si le garçon n’entre pas en contact avec les souffrances du monde, il deviendra un grand souverain et réalisera tous vos souhaits.

Mais s’il perçoit la souffrance de tous les états conditionnés, il quittera tout et apportera une toute nouvelle dimension au monde.

Ses parents ont alors décidé de l’élever au sein du palais dans un monde artificiel où il n’y avait que jeunesse, beauté, plaisir et expériences joyeuses.

Il a bénéficié d’une formation complète dans tous les domaines des sciences, des arts et des sports – et en tant que membre de la caste des guerriers, également dans les arts martiaux.

Dans toutes les disciplines, il a brillé par son talent exceptionnel. Il était à la fois subtil, courageux et fort.

Au cours de ses quelques excursions dans le monde “normal”, tout était préparé de telle sorte qu’il ne voyait que des gens jeunes, en bonne santé et heureux.

Le jeune prince grandit donc dans son monde de luxe, profite de la vie, se marie et a un fils.

Les débuts de bouddha !

Cela a duré jusqu’à l’âge de 29 ans, lorsqu’il a appris à connaître les côtés sombres de la vie lors d’excursions secrètes.

Pendant trois jours consécutifs, il a vu une personne gravement malade, un vieil homme et un mort.

Ce à quoi on s’habitue habituellement, l’a rencontré très progressivement sans aucune préparation et l’a profondément secoué. Il a soudain dû comprendre que les joies du monde, la beauté, la force et la jeunesse sont conditionnelles et transitoires.

Il retourna ensuite à son palais, mais rien ne pouvait plus lui plaire et il chercha un moyen de s’en sortir.

Le lendemain, il a vécu une autre expérience qui allait façonner sa vie.

Cependant, il lui semblait impossible de parvenir à cette compréhension dans le contexte de sa vie sociale, et il décida de quitter son existence de prince.

Il a coupé ses longs cheveux, signe de sa noble descendance, est allé dans les bois et a étudié avec de nombreux professeurs de son temps.

Bien qu’il ait appris rapidement et souvent dépassé ses professeurs, aucune de leurs méthodes ne pouvait le mener au-delà d’expériences limitées et transitoires.

Pendant six ans, il s’est consacré à l’ascèse.

L’illumination du premier bouddha !

Poussé par un profond désir d’illumination pour le meilleur de tous les êtres, il n’a laissé passer aucune possibilité qui pourrait le rapprocher de son but. Il a donc rejoint un groupe de cinq ascètes qui vivaient dans les bois près de Bodhgaya.

Ayant expérimenté toutes les joies du corps et des sens en tant que prince, il croyait maintenant que les impressions sensorielles étaient un obstacle et que leur suppression conduisait à une plus grande clarté mentale.

Il s’est donc entraîné au renoncement total et a failli mourir de faim.

Mais finalement, il a réalisé que l’ascèse affaiblissait non seulement le corps mais aussi son esprit et ne le rapprochait pas de son but.

Cette expérience a été un autre tournant dans sa vie – son éloignement des extrêmes.